• Thouet
  • Munet
  • Pocé
  • Mairie
  • Distré

de la Préhistoire à la Révolution

de la Préhistoire à la Révolution

PREHISTOIRE

A Distré, des signes d'un habitat très ancien subsistent :

la pierre couverte, dolmen de la Vacherie (table: 6m X 2m).
autre dolmen dans le bois de la Chesnaie (propriété privée).
groupe de mégalithes au lieu-dit "la Butte à Matto".
des haches en pierre polie, des silex taillés, trouvés à Munet.

Photo Dolmen de la Vacherie

En 1814, un vase en terre contenant 28 objets de bronze, une hache à double anneau, 24 haches dispersées et divers objets a été découvert et confié au Musée ST Jean à Angers.

PERIODE GALLO-ROMAINE

Diverses voies gallo-romaines traversaient Distré : l'une venait de Poitiers en suivant la Dive, une autre se dirigeait vers Doué la Fontaine, une autre vers Chênehutte. Ainsi se coupaient à Distré, la grande voie de la rive gauche de la Loire et la voie Nord-Sud traversant la Loire à Saumur.
A Distré, était établie une importante villa gallo-romaine "Distracus" dont les possessions s'étendaient jusqu'à Meigné sous Doué et Rou-Marson.

Photo pont gallo-romain de Munet    pont perret actuel

HISTOIRE FEODALE

La seigneurie de Chétigné relevait de la Tour de Ménives et, par elle, de la Baronnie de ST Mars. Elle appartenait, en 1765, à Jean de Stapleton, comte de Trèves, qui y fit planter un poteau de justice, possédant en effet, haute, basse et moyenne justices.

Le fief important de Pocé est au XIème siècle, aux mains d'une famille puissante de chevalerie relevant du château de Saumur, famille qui paraît s'éteindre au XIIIème siècle.

Photo du château de Pocé   château de pocé

LA PAROISSE DE CHÉTIGNÉ

Ancienne paroisse dont dépendaient les hameaux de Riou et de Marson. Elle s'appelait "Ecclesia de Catiniaco" en 1440, "Chatigne" en 1270. Cette paroisse est antérieure au Xème siècle. Il s'agissait selon toute vraisemblance d'un domaine gallo-romain qui fut évangélisé dès les premiers siècles et devint village et paroisse.
L'église appartenait aux évêques d'Angers. Les seigneurs de la Tour de Ménives sont enterrés dans le chœur de l'église. Le curé Samson y a laissé des souvenirs: en 1715, il fait effacer de la cloche de l'église de Marson le nom de "curé" que le desservant de cette paroisse y avait fait inscrire, il signale l'apparition d'un météore dans le ciel, il veille à l'entretien des chemins...
Les murs de l'église sont en petit appareil, le chœur est ouvert d'une voûte ogivale, l'abside est voûtée en cul de four.

LES REGISTRES PAROISSIAUX

Ils remontent à 1618 pour la paroisse de Chétigné et 1626 pour celle de Distré.

REVOLUTION

Distré fit partie, en 1790, du district de Saumur et fut chef-lieu d'un canton comprenant St Hilaire l'Abbaye, Verrie, Rou, Marson, Bagneux, Les Ulmes, Artannes et Chétigné. En l'An III, Distré fut rattaché au canton du Coudray Macouard et en 1880 au canton de Saumur.

Photo mémorial des Vendéens  memorial vendeenM

Le 6 Nivose An II (26 décembre 1793), 235 vendéens, pris à Savenay, furent fusillés au Champ Moreau sans jugement. Les cadavres furent enfouis avec une telle précipitation que les habitants de Distré se plaignirent bientôt de l'odeur insupportable. Le 26 décembre 1993, une association a fait ériger un monument souvenir sur le site de la fusillade.

Pendant la Révolution, le curé de Chétigné, Prosper Fr de Colasseau qui refusa de prêter serment, fut détenu à la Rossignolerie, délivré par les Vendéens, repris après leur départ et noyé à Nantes, le 10 décembre 1793. Son successeur, Pierre Hardouin prêta serment.